dimanche 24 avril 2022

La République préservée.

C’est la République qui l’emporte ce soir. La France est une chance. Vive la France solidaire et protectrice des plus fragiles. J'adresse mes félicitations républicaines au Président Emmanuel MACRON. En avant !

mercredi 20 avril 2022

5 ans déjà, et toujours dans nos mémoires.

Xavier Jugelé. Capitaine de Police. Il avait 37 ans. Il était si fier de servir la République. Il était apprécié de ses collègues comme de sa hiérarchie. Victime du terrorisme islamiste le 20 avril 2017. Ne jamais oublier. Pensées sa famille, à ses proches et à ses collègues. Force & honneur. Ministère de l'Intérieur, Préfecture de Police de Paris, Gendarmerie Nationale, Matthieu Valet, Sonia Fibleuil, Camille Chaize, christian sonrier 🇫🇷

dimanche 13 mars 2022

Si proches de nous … Et pourtant …

« Si proches de nous et pourtant si étrangers. Si loin de nous, et pourtant si familiers ». Je parle de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants migrants qui ont fui leur pays et qui vivent aujourd’hui en bas de chez nous, sous le périphérique ou dans les pires conditions ici et là. Ils ont été pourtant tout aussi exposés au déracinement, à sa violence et à la guerre. Accueillir les Ukrainiens, 1000 fois oui ! Se soucier de celles et ceux qui sont là, devant nos portes, 1000 fois oui ! Une vie humaine est une vie humaine. La solidarité ne doit pas avoir de couleurs… Jamais. Aux moralisateurs de tous poils, 20, c’est le nombre de familles de migrants que j’aide concrètement. La solidarité ne doit jamais être un calcul politique. Jamais.

dimanche 6 février 2022

Adieu Rayan.

Rayan. 5 ans. C’est exactement 1825 jours. L’âge de l’insouciance. Celui d’un petit garçon avec des tonnes de rêves. Celui d’un petit chou qui avec ses yeux gourmands croquait la vie à pleines dents. Il aimait aider son père. Nous avions de l’espoir, nous souhaitions une issue positive, heureuse et tous, attendions le moment pour revoir le sourire de ce petit bonhomme. Ce soir, c’est une triste nouvelle. Rayan a tendu la main aux anges. Il avait 5 ans. Cela faisait que 1825 jours d’une existence insouciante. Durant ces 5 dernières journées, le monde a assisté en direct à une vraie leçon d’humanité et de solidarité que les Marocaines et les Marocains ont su donner. Des centaines de secouristes,de policiers, de gendarmes, d’ingénieurs, de femmes et d’hommes qui ont tant donné pour sauver la vie d’un être de 5 ans. Un seul objectif : la vie. Profondément touché par la mort de Rayan et par ce grand peuple Marocain. À sa famille, à ses proches, au Maroc, mes condoléances. 🇲🇦

mardi 25 janvier 2022

J’ai des rides …

J'ai des rides ... Je me suis regardé dans le miroir et j'ai constaté que j'avais de nombreuses rides, autour des yeux, de la bouche, du front. J'ai des rides parce que j'ai tellement ri avec mes amis. J'ai rencontré l'amour, ce qui m'a fait plisser les yeux de joie. J'ai des rides parce que j'ai eu des enfants et je me suis souvent inquiété pour eux. Et puis j'ai pleuré. J'ai pleuré pour les gens que j'ai aimés et qui sont partis pour une courte période ou pour toujours. J'ai passé des nuits blanches pour des projets qui ont mal tourné, pour la fièvre des enfants ... À l'intérieur de chaque sillon de mon visage, sur mon corps, se cache mon histoire, les émotions que j'ai vécues et si j'annulais cela je m'annulerais moi-même. Chaque ride est une anecdote de ma vie, un battement de cœur, c'est l'album photo de mes souvenirs les plus importants. Vivez ! Respirez & croquez le quotidien à pleines dents !

lundi 1 novembre 2021

Savigny-le-Temple : Fermeté et détermination

Savigny-le-Temple. Seine et Marne. Région Île-de-France. Nous sommes en 2021. Vous ne rêvez pas. Ce sont des tags qui incitent clairement à l’assassinat des membres de nos forces de sécurité intérieure. L’on peut imaginer aisément que le travail de la police dérègle profondément le trafic de drogue lorsque l’on constate ces appels inquiétants au meurtre. C’est une réalité, l’importance du trafic de drogue et les millions qu’il génère aliène ces individus qui sont prêts à tout pour peu qu’ils retrouvent « la paix » dans leur business florissant. Tourner la tête, faire semblant, minimiser et pire, s’accommoder avec ces réseaux lorsque l’on est détenteur d’un mandat public comme c’est trop souvent le cas dans certaines villes de France n’est pas et ne doit jamais être une solution pour rayer de nos villes ces trafics. De la force, de la détermination, de l’entraide fiscale et judiciaire avec d’autres pays, de la clarté dans nos combats, de la détermination dons nos actions doivent nous amener à leur porter les coups les plus durs pour redonner du sens au mot « crédibilité ». On ne peut rester observateur d’une situation qui est insupportable pour des millions d’habitants qui aspirent à une vie meilleure. La drogue tue. La drogue aliène. La drogue finance le terrorisme. Autant de réalités qui doivent nous convaincre davantage que le combat est loin d’être gagné. Force et courage aux Policiers & Gendarmes engagés.

vendredi 15 octobre 2021

À la mémoire de Samuel PATY

Une passion, de la générosité, des mains ouvertes, un sourire complice, un esprit saint, un homme engagé et un prof qui fut au péril de sa vie, un grand défenseur de la liberté d’expression. C’était Samuel Paty, il a été assassiné par un islamiste assoiffé de haine. Ne rien oublier, ne rien mépriser face à l’ampleur de ce fléau. Respect profond pour ce professeur. Vive la République ! Vive la France 🇫🇷

vendredi 20 août 2021

Agir, protéger et redonner l’espoir

On déverse sa haine, on crache son mal être, on accuse, on refuse, on enrage, on mélange tout, on dit un tas de bêtises, on prend la France pour ce qu’elle ne sera jamais, celle ou l’ignorance primerait sur le reste, on s’appauvrît sur son sort, on attend tout des autres, on s’imagine à la place des autres, en donnant des leçons, en jouant les experts, comme toujours d’ailleurs, à dégueuler sur le Président, sur le gouvernement, sur les services de l’état toujours mobilisés et bien plus encore depuis cette crise humanitaire, tout cela, là, bien assis derrière son confort, celui qu’un pays comme le nôtre offre à des millions de citoyennes et de citoyens, ce confort inestimable qui s’appelle liberté. Celle là même que des enfants, des femmes & des hommes ne connaîtront pas car des assoiffés de haine ont pris le pouvoir par les armes en Afghanistan. Que faire ? Détourner le regard ? Accuser les autres ? Se contenter de communiqué de presse ? Faire semblant ? L’engagement de la République s’illustre par une photo. Comme l’écrivait Pierre Lecomte du Noüy, philosophe : « Il n'existe pas d'autre voie vers la solidarité humaine que la recherche et le respect de la dignité individuelle » Vive la France ! Fierté absolue 🇫🇷

vendredi 23 juillet 2021

Clarification nécessaire …

C’est mieux en se le disant … ! Ni regrets, ni envie de retour … ! Bien au contraire. J’ai dit à de nombreuses reprises que je mettais un terme définitif à mon engagement politique sous quelque forme que ce soit … ! D’abord, parce que la vie ce n’est pas « que » la politique et aussi parce que vouloir être toujours dans la course aux mandats juste pour cumuler de l’indemnité ou se sentir fier devant un miroir, non merci ! Je n’ai aucun problème d’égo. Tout va bien et mes nuits sont apaisées. J’ai aussi une conception de l’engagement politique très simple : « Favoriser l'action aux leçons ». À ce propos, je salue ici toutes celles et tous ceux qui font de grandes choses sans espérer de reconnaissance. Ils et elles représentent la grande majorité des élus. Je déplore donc une nouvelle fois, les rumeurs des uns et les scénarios imaginaires des autres. Citoyen engagé pour la République, résidant entre Paris & Marseille avec une attache viscérale et ancrée : Saint-Ouen. Elle est une ville que j’aime, j’y suis très souvent. J’y ai de profondes attaches et rien ne m’enlèvera tout cela. Avec d’autres, nous avons beaucoup fait. J’ai été le patron du PS audonien, élu local, tête de liste aux régionales en Seine-Saint-Denis, VP de la Région, Député suppléant, autant de mandats qui exigent sérieux, engagements et beaucoup de concessions. J’ai assumé ces mandats avec le respect de la parole donnée. J’ai suffisamment donné. La vie est riche de 1001 choses. Ma famille, mes proches, mes engagements professionnels, bref, un quotidien qui pour rien au monde ne me fera changer d’avis. Si, peut être, si un jour l’on me propose d’être Ministre de l’Intérieur. Après 2 propositions la 3ème sera peut être la bonne ! Qui sait 😇 Voilà, vous savez tout. Aux adeptes du pipeau : allez au Cirque Pinder, ils recrutent… Vous savez à présent mon état d’esprit. S’agissant de ce que je pense du nouveau Maire de Saint-Ouen, puisque l’on me pose souvent cette question, et bien, je suis fier de l’avoir fait adhérer au PS en 2009 et plutôt satisfait de la manière avec laquelle il suit des dossiers épineux comme celui de mon quartier d’enfance « les boutes en train ». Le chemin reste sinueux mais sa détermination semble intacte. Avoir été aux responsabilités nous impose toujours de la hauteur et du recul. Cela permet aussi de savoir de quoi on parle. Je l’ai été à l’échelon local et régional. et je sais que rien n’est facile lorsque on a la charge d’une ville aussi dense et complexe que Saint-Ouen. Alors, je lui souhaite sincèrement et plus globalement, je leur souhaite de réussir car au delà du Maire et de son équipe, c’est l’avenir d’une ville qui se joue et avec elle celui de milliers d’habitants qui attendent le changement promis en 2020. C’est là, pour moi, l’essentiel. Prenez soin de vous et croquez la vie à pleines dents 😉 Bel été ! Abdelhak Kachouri.

samedi 17 juillet 2021

La France est une chance

La France est une chance. Chaque jour qui passe j’en suis conscient et profondément reconnaissant. Elle aura permis et permet encore à des familles socialement fragilisées, à mes parents durant de nombreuses années, à nous, enfants, à des tonnes et des tonnes de gens que je connais, de rester la tête en dehors de l’eau. La France est une chance. Son école publique gratuite, ses hôpitaux publics gratuits, ses professeurs dévoués, ses fonctionnaires et ses acteurs du quotidien engagés pour le bien commun. La France est une chance, je lui en suis profondément reconnaissant. Ce qui se dit sur ses dérives supposées « dictatoriales et liberticides » m’attriste. Opposons dès à présent et objectivement cette réalité aux dictatures surexcitées pour comparer… À l’évidence, nous nous rendrons compte que la France est une chance… Vive la République et vive la France 🇫🇷

jeudi 17 juin 2021

Enfant de Saint-Ouen, félicité par la République. Une fierté profonde. Un honneur.

Récipiendaire en 2014 et diplôme reçu il y a quelques jours…

À toutes celles et tous ceux qui s’enferment dans cette idée que la France est raciste, voici quelques mots qui ont toujours été pour moi importants et qui sont une vraie boussole quotidienne : 

« Le mérite d'un homme réside dans sa connaissance et dans ses actes et non point dans la couleur de sa peau ou de sa religion ». 

Rien n'est impossible lorsque nous avons la motivation. 

Rien n'est insurmontable quand l'on décide d'affronter la réalité, les obstacles et les coups malsains de ceux qui sont les fossoyeurs de la bienveillance et de l'encouragement. 

J'ai toujours considéré qu'il fallait s'engager totalement dans sa vie sans attendre que l'on nous tende la main. C'est ainsi le meilleur moyen d'être autonome, conscient de ses capacités et libre. 

Nous avons la chance de vivre en France, certes, beaucoup de choses sont à corriger, à renforcer et disons-le sans détour à arrêter notamment en terme d'assistanat. 

Reconnaissons tout de même que la période que nous vivons illustre "s'il en était encore besoin" que la République est au rendez-vous. Ce n'est pas l'idéal pour les éternels insatisfaits mais une base de solidarité qui vise à aider toutes celles et tous ceux qui sont dans le besoin.

C'est aussi cela la France et je suis fier de la servir avec honneur.

Merci à ma famille, à mes parents et clin d'œil affectueux à Saint-Ouen ! 

jeudi 10 juin 2021

J'ai des symptômes...🔺IMPORTANT 🔺

Mesdames et Messieurs,

Quiconque a été en contact avec moi de quelque manière que ce soit au cours des 14 derniers jours doit rester chez lui et contacter le centre de test le plus proche. 


Je suis désolé pour tous mes amis et ma famille et ceux qui ont été à proximité de moi. 


J'ai des symptômes depuis quelques jours maintenant et cela vient d'être confirmé. 


On m'a diagnostiqué être extrêmement beau et sexy et c'est très contagieux... 


On m'a aussi dit qu'il n’y a aucun vaccin... ! 


Cette réponse en forme de "blague" est faite pour répondre aux spécialistes de la rumeur qui un jour me croient malade et un autre presque en hôpital psy ! 


C'est bien la preuve qu'ils n'ont jamais été proches !


Tout va merveilleusement bien et j'espère qu'il en est de même pour vous et vos proches.


Quant aux autres, je dis ceci : 


"Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité elle, prend l'escalier. Elle met plus de temps, mais elle finit toujours par arriver". 


Patience donc et prenez soin de vous !


Un grand MERCI aux milliers de lecteurs et lectrices du quotidien ! 


Fidèlement.


Abdelhak KACHOURI.

lundi 28 décembre 2020

Tolérer l’intolérable : Des conséquences dramatiques.


Voilà à quoi nous mène la tolérance avec l’intolérable, la compréhension et les accommodements de certains individus dont des élus qui, ici et là incarnent et soutiennent une idéologie qui au fil du temps déstabilisera davantage la République. 

L’objectif ? 

Distiller là une bribe de clientélisme, ou là, une livre de communautarisme. Recette explosive qui prédit de graves conséquences à long terme. 

Une illustration concrète de ce qu’est le « séparatisme » ? 

En voilà une qui fait froid dans le dos. Être fils de policiers vient donc aggraver aux yeux d’incultes une liberté de fêter « Noël » aux côtés des siens. 

Nous sommes à la veille d’une nouvelle année et nous sommes en France. 

Oui, le racisme existe, et celui anti blanc, anti français et anti chrétien est bien réel. 

Proposons à ces lumières de procéder de la même manière dans un pays du Maghreb, l’on verrait ainsi leur courage fondre comme neige au soleil. 

Vive la République, une et indivisible 🇫🇷 

samedi 17 octobre 2020

Un soldat de la République.

Un soldat de la République. Un hussard. 

Un homme attaché à la liberté d’expression aussi profondément qu’il le fut pour l’éducation nationale et pour ces milliers de jeunes en quête de savoir. 

Il était un enseignant respectueux et engagé pour élever ses élèves surtout les plus fragiles en leur donnant les outils pour s’engager dans la vie. Il l’a payé au prix fort. 

Un de plus qui tombe sauvagement assassiné par l’idéologie abjecte qui ôte la vie pour des mots, pour un idéal de liberté auquel nous tenons. 

Encore une tombe à fleurir. 

Des larmes d’incompréhension, de douleur et de colère. Hier, c’est une nouvelle victime de l’islamisme radical qui vient ainsi gonfler le décompte macabre. 

Nous ne sommes pas à Kaboul ni à Damas, mais dans le Val d’Oise, dans la Région capitale. 

Aujourd’hui, c’est un énième ras le bol et une détermination sans faille contre ces barbares qui ne triompheront jamais. 

Condoléances à sa famille. 

lundi 28 septembre 2020

Tristesse et colère


Ce pays où l’on n’ose plus sortir en jupe, où au moindre mot déplacé, à la moindre phrase jugée insultante, l’on peut perdre la vie, où les violences ne cessent d’augmenter faisant fi des règles de bienséance, de celles du vivre ensemble, ce pays où sortir le soir et rentrer tard n’est plus possible à moins d’être en groupe car des délinquants rôdent et peuvent attenter à votre intégrité physique, à votre vie, ce pays où l’on tue les femmes car elles se refusent à vous, où les féminicides sont de plus en plus fréquents, où l’on tape, l’on tue, l’on traine des policiers et des gendarmes sur la voie publique, ce pays, que je ne reconnais plus... 

La violence est telle qu’il faut adapter nos textes de lois et user d’une tolérance zéro. 

Nous devons retrouver le chemin de la quiétude, celui où lorsque nous sortons, lorsque nos enfants sortent, nous aurons la certitude de ne pas croiser le chemin de tarés. 

De Paris, j’entends les larmes de la famille de Victorine, de Paris, j’entends ses parents, ses proches, ses amis se demander pourquoi ils ne reverront plus leur fille, leur sœur, leur amie. 

L’insouciance, l’envie de croquer la vie à pleines dents, l’envie de voyager, de profiter des petits plaisirs qui font que l’on est heureux de se réveiller le matin. Plus jamais elle ne dira « je t’aime » à celles et ceux qui lui sont chers. 

De Paris, c’est une nouvelle fois la colère qui m’anime. Je ne comprends pas cette dérive barbare qui ôte la vie aussi facilement que l’on va acheter une baguette. 

La France doit se ressaisir, nous ne pouvons plus être les spectateurs d’une dérive meurtrière aussi fréquente. 

Pensées à la famille. 

La traque commence.


jeudi 3 septembre 2020

À jamais dans nos pensées.

Parce que l’on ne peut oublier la barbarie avec laquelle ces victimes ont été assassinées. 

Parce que l’on ne peut accepter l’idée que notre liberté soit malmenée, parce que l’on ne peut comprendre cette haine à l’endroit d’hommes et de femmes qui simplement voulaient exprimer un avis, une idée, une pensée en tant que journalistes.

Parce qu’être policier aujourd’hui ne doit plus être une raison contre laquelle des fatigués du cerveau s’acharnent en ôtant la vie, parce que être juif aujourd’hui, ne doit plus être une peur quotidienne.

Parce que nous sommes tous dans le même bateau « France » et qu’à force de le malmener, cela finira mal. 

Porter l’espoir, garantir les droits fondamentaux, notamment celui de s’exprimer librement, c’est l’enjeu des prochaines années. 

Réaffirmer notre fermeté face au terrorisme, aux réseaux criminels et face à l’islamisme radical n’est pas une option, mais une nécessité vitale qui fera grandir notre République. 

Pensées profondes aux familles des victimes et aux forces de sécurité. 

vendredi 28 août 2020

Port du masque obligatoire


Être attentif aux autres n’est plus une option, ni même un choix personnel, c’est une obligation régit à présent par la loi qui impose le port du masque à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans le Val de Marne et les Hauts-de-Seine. 

Par cette mesure, l’objectif est de contribuer davantage à la lutte contre le COVID-19 qui rappelons-le ici, a fait plus de 30 000 morts en 6 mois. 

Adeptes des théories complotistes et fervents défenseurs d’une philosophie irresponsable, passez votre chemin ou mieux, quittez le pays...

Pour arriver à bout de ce virus, nous devons faire preuve collectivement de responsabilité. 

Nous n’avons pour l’heure, aucune autre alternative crédible. 

Prenez soin de vous... "On ne vit qu'une fois"...

lundi 24 août 2020

Une finale, de la violence et de la haine...

Triste bilan pour une soirée qui aurait dû être « QUE » festive : 16 agents des forces de l’ordre blessés, 12 magasins attaqués, une quinzaine de véhicules dégradés, 148 interpellations dont 108 garde à vue à la disposition de la justice. 


Voilà donc où nous mènent des décennies de mépris, d’ignorance et de gentillesse avec des délinquants qui, hier encore s’en sont pris violemment aux forces de l’ordre et à la République. 


L’idée qu’ils soient une nouvelle fois laissés libres ou souvent simplement rappelés à la loi est incompréhensible. 


Pourtant, force est de constater que notre système peine à sanctionner et à mettre un terme à cette spirale violente qui pollue autant qu’elle déstabilise la vie quotidienne de millions de gens. 


Il faut agir. Il faut taper fort. Il faut un plan de lutte contre la délinquance qui ne laisse aucune place à la tolérance. 


Trop c’est trop et l’idée même de se le redire est un échec en soi car le mal est identifié et les auteurs souvent multirécidivistes. 


Et si l’on imaginait une autre manière de sanctionner ? 


Quelques exemples...


Si un délinquant est reconnu coupable, décidons une fois pour toutes une « peine-plancher ». 


Une agression physique contre un dépositaire de l’autorité publique ? 5 ans ferme sans remise de peine, perpétuité si le dépositaire décède ! 


Un outrage contre un dépositaire ? 1 an de Travail d’intérêt général dans un commissariat ou une gendarmerie sous bracelet électronique, 2 ans en prison si le TIG n’est pas réalisé. 


Un refus d’obtempérer et un délit de fuite caractérisés ? Annulation du permis de conduire et 2 ans ferme. 


Un magasin saccagé et l’auteur identifié ? 2 ans de TIG dans ce magasin, 4 ans ferme si le TIG n’est pas réalisé. 



Suppression du principe du « rappel à la loi » en sanctionnant chaque acte répréhensible. 


Autant de mesures fermes qui doivent permettre aux auteurs de comprendre que la peur doit changer de camp. 


Il m’est de plus en plus insupportable de regarder ces images d’agressions répétées contre des policiers, des gendarmes et de plus en plus d’élus de la République, sans qu’une réaction digne d’un grand pays comme la France ne soit à la hauteur. 


Nous sommes à un point où certains territoires s’organisent et décident de plus en plus de défier la République par tous les moyens. Toutes nos failles sont exploitées par ces individus qui ne cesseront leur entreprise violente que si nous avons le courage d’instaurer le principe de la « tolérance zéro ». 


Paris, Palavas-les-Flots, Marseille, Nice, Biarritz, Lille, partout, les mêmes problèmes, souvent les mêmes profils. 


Agir avec fermeté n’est plus une option, mais une obligation vitale pour éviter que le peuple n’agisse par lui même. 


La France de 2020 n’a plus le même visage que celle d’il y a 20 ans. Tachons d’en être réellement conscients... 

mercredi 1 juillet 2020

Mes vœux de réussite aux Maires !

Le scrutin municipal a donc trouvé sa fin dimanche 28 au soir.

Après 3 mois et demi d’attente pour jouer le deuxième tour, voici donc les équipes majoritaires élues et les maires presque installés dans leurs responsabilités.

Une belle soirée de fête, pour 6 ans de travail dur, acharné, quotidien, 7 jours sur 7, ne laissant place à aucune forme d’amateurisme ni même à la gestion à « la papa ».

Traduire son projet, former son équipe, piloter ses services, son cabinet, s’engager sur son territoire, plus qu’une responsabilité, c’est un enjeu hors norme que chacune et chacun devra accomplir tout cela avec peu de reconnaissance des électrices et des électeurs qui en voudront toujours plus.

Je sais ce que c’est car j’ai donné...

Par ces quelques mots, et comme je suis un légitimiste républicain, je souhaite une pleine réussite aux nouveaux maires avec un clin d’œil amical pour celui de ma Ville Zartoshte Bakhtiari, nouveau Maire de Neuilly-sur-Marne et à Karim Bouamrane, à Saint-Ouen ma ville d’enfance.

Beaucoup de désaccords politiques existent avec ce dernier, ce n’est pas une surprise, mais je sais l’importance de tourner la page en restant tout de même vigilant pour se donner tous les moyens de faire réussir cette ville que j’aime tant qu’est Saint-Ouen.

Je leur souhaite un mandat consistant, passionnant, motivant et tourné vers les habitantes et les habitants dont les plus fragiles devront être leur priorité.

Belle route à toutes et à tous et vive la démocratie !

dimanche 7 juin 2020

Voilà, c’est fini ! 13 ans déjà !

Déjà 13 ans que je me suis engagé sur le plan électoral en politique puisque j’ai été élu pour la première fois en 2007 ! 13 ans, ce n’est rien face à tous ces responsables politiques qui cumulent des décennies de mandats et d’engagements, mais quand même !

13 ans, c’est néanmoins assez dense car les responsabilités électives ne laissent aucune place à l’impréparation, ni même à l’amateurisme quand l’on décide de travailler avec sérieux. C’est une mobilisation de tous les instants et il faut en permanence se battre pour faire réussir des projets, pour traduire les besoins des habitants et aussi se méfier des aigris, des colporteurs de rumeurs et surtout, c’est une plaie en politique, des spécialistes en tous genres qui sont souvent nés avant leur grand mère ! 13 ans quand même ! Ce fut tout de même de belles années au service des territoires populaires, fragiles, dynamiques et engagés, en somme, au service de notre République.

J’ai été Député suppléant, Maire adjoint, tête de liste aux régionales, Vice-président de Région, Conseiller municipal, bref, autant d’expériences inoubliables qui changent un individu. J’ai même été approché à deux reprises pour intégrer le gouvernement ! Pour un enfant ayant grandi à Saint-Ouen dans le quartier des Boutes en Train, c’est plutôt une fierté ! Tout cet engagement a été reconnu par le Président de la République, puisque j’ai été fait Chevalier dans l’Ordre National du Mérite !

Là aussi, une grande fierté ! Le 28 juin prochain, je raccroche et pour de bon.

C’est une décision mûrement réfléchie et qui n’appelle chez moi aucun doute. Je m’occupe de ma famille, de mes enfants, de ma vie en la croquant toujours à pleines dents !

J’évolue professionnellement dans un milieu qui me plaît et je poursuis mon engagement au service de la Gendarmerie avec fierté.

C’est un bonheur quotidien !

Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont permis d’exercer autant de responsabilités et d’être là où je suis. Je pense à l’ami Bruno Le Roux, l’exceptionnel Bruno, qui en 2007 m’a permis de le suppléer et de me lancer, je salue ici Claude Bartolone, l’ami, le conseiller, l’épaule qui lui aussi a œuvré pour que je dirige la liste aux régionales et aussi pour que je sois Vice-président de la Région IDF, j’ai une affectueuse pensée pour mon ami Jean-Paul Huchon, Président honoraire de la Région IDF qui m’a fait confiance en me nommant Vice-président et en étant toujours là, je fais une grosse bise à Delphine (Delphine Ajdenbaum Derai) ma Directrice de cabinet, ma fidèle amie que j’adore, sans oublier Noémie ma superbe assistante et Bouchra Bouchra Amin qui elle aussi m’aura aidé avec attention lorsque j’ai débuté à la Région IDF, je n’oublie pas évidemment Amal qui a chaque instant était près de moi.

Une pensée aussi à Ornella, précieuse assistante à Saint-Ouen. Une pensée à Julien Dray, mon fidèle Juju, à Michèle Sabban, ma petite étoile protectrice, à Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis qui n’a eu de cesse de m’apporter son aide, par ses conseils, sa bonhomie et cette gentillesse qui le caractérise si bien, et enfin, une affectueuse pensée à mon grand ami, celui pour lequel mon estime est grande, Philippe Guglielmi, pour tout ce qu’il a entrepris et développé pour m’apporter toute sa confiance et sa solidité.

UN GRAND MERCI à toutes et à tous !

Évidemment, rien n’est possible sans le soutien des siens. Il m’a été vital tout au long de ces années d’engagement. Je souhaite à toutes celles et tous ceux qui aspirent à poursuivre leurs responsabilités électives ou qui s’apprêtent à en exercer, une bonne chance !

Être élu-e, n’est pas une simple expérience, c’est un honneur, un devoir. La bienveillance doit être au cœur de votre quotidien.

Longue vie à la République et mes vœux de réussite aux candidates et aux candidats !

jeudi 4 juin 2020

Honteux, grave et d’une rare irresponsabilité.

Force et Honneur.
Comment traduire ces propos haineux lors d'une manifestation à Paris pourtant interdite à l’endroit d’un policier qui faisait son travail avec fierté et qui s’est vu insulter de « vendu » par des militants agressifs ? 

Ainsi donc, être « Noir » en France ne serait pas compatible avec l’exercice d’une mission de service public qui plus est de sécurité, essentielle dans le contexte que nous connaissons ? 

Être « Noir » empêcherait donc de porter et de traduire les valeurs de la République sous prétexte que l’on se vend au mâle dominant, l’éternel « Blanc » qui prend plaisir à ordonner des missions des plus rabaissantes à l’homme « Noir » ? 

C’est donc ça le résultat du combat mené pour dénoncer « le racisme supposé et la violence » dans les rangs des forces de sécurité ? C’est donc ça la conception de l’engagement de dizaines d’associations et d’individus qui, pour s’exprimer clament leur racisme dégoulinant de haine à l’endroit de la République ? 

Être « Noir » à leurs yeux, ce serait quoi ? Conduire un taxi, livrer des repas, nettoyer les entreprises ou vendre de la drogue ? C’est donc cela la conception que ces gens se font de leurs « frères et sœurs » ? 

Je suis scandalisé par autant de haine et de racisme que ses pseudos militants dénoncent par ailleurs. 

Oui, la violence et le racisme existent chez certains membres des forces de l’ordre, ceux là, sont sanctionnés systématiquement. Mais non, non et définitivement non, être « Noir » ne doit pas être un handicap pour servir le pays. 

Ce fonctionnaire de Police tout comme l’ensemble des unités de sécurité, donneront leur vie pour préserver la vôtre sans distinction de couleur, d’origine ou de confession religieuse. 

J’apporte mon soutien au collègue Policier. 

Je suis fier d’être membre de la Gendarmerie Nationale, fier de servir mon pays et déterminé à le protéger quoi qu’il arrive au péril de ma vie. J’ai signé pour cela. 

Je précise une chose importante : j’ai le grade de Commandant

Et oui, ils avaient songé à me charger de la préparation du « Couscous » mais ils ont vu que j’avais des compétences utiles pour le pays, alors ils ont décidé de les valoriser en bonne intelligence. A bon entendeur et vive la république ! 

dimanche 3 mai 2020

Idir n'est plus. Hommage.


Bien plus qu’un artiste, il fut celui qui a contribué à la connaissance d’une culture, d’une philosophie de vie et d’un grand peuple, celui de la Kabylie. 

D’une grande générosité, il nous aura bercé avec ses chansons d’une rare intensité.

J’ai eu l’occasion de le rencontrer à de nombreuses reprises, notamment à Saint-Ouen avec mon ami de 30 ans Julien Mustapha Krimat, militant acharné de la cause Kabyle et dont je sais la tristesse tant il fut proche de lui.

Chacune de nos discussions était intéressante et profonde. 

Nous perdons un homme bon, un homme sincère et surtout un grand chanteur.

Je salue la communauté Kabyle avec un clin d’œil appuyé à mes amis de Saint-Ouen, Idir, , Farid Bedar, Lias et Ferhat de l’Oasis. 

Ceux du Kremlin-Bicêtre, Ferhat et Linda, ceux de Marseille, Tim, Hakim, Aziza, Ouiza et aussi Sami mon restaurateur préféré du 13ème.

 Je n’oublie pas Anissa Azzoug et aussi ma fidèle amie Audrey AK.

 Puisse nos pensées le bercer à jamais.

samedi 2 mai 2020

Paris Match et la Seine-Saint-Denis : Un désaccord profond.

« Le poids des mots, le choc des photos » devise historique de ce magazine dont l’ambition est de contribuer à l’information, enfin presque...

Une nouvelle fois Paris Match s’illustre par l’absurde, par le mépris et pire, par l’insulte à l’endroit de milliers de jeunes, de parents, de responsables associatifs et politiques qui œuvrent au quotidien pour permettre à des familles de se nourrir alors que la crise sanitaire renforce davantage la crise sociale dans les territoires les plus fragilisés.

« Bande organisée » ? N’y a t il pas là une énième volonté de stigmatiser encore et toujours un département déjà fortement affaibli par tant d’arrogance, par tant de souffrances et par tant de méchancetés ?

Pourquoi doit-on supporter tant d’insultes ?

Donc, que des citoyennes et des citoyens décident d’aider les plus fragiles, c’est suffisant pour « titrer » d’une manière abjecte un article ? C’est donc cela « le choix des mots » ?

Quelle honte. J’ai doublement honte pour eux car en Seine-Saint-Denis, oui vous savez ce département si attachant, (et non le NEUF TROIS), lorsque nous décidons de choisir nos mots, ils se situent toujours, telle une boussole, autour de ceux de la solidarité, de l’égalité, de la justice sociale et du respect des autres.

À la « bande organisée », nous y opposons 3 mots : « Associations de Bienfaiteurs ». A eux seuls, ils résument ainsi notre philosophie de vie. À bon entendeur.

Vive la Seine-Saint-Denis et ses habitants 💖

J’adresse à l’ensemble des élu-e-s de notre département, Maires, adjoints, CM, Conseillers régionaux et départementaux et parlementaires, de droite comme de gauche, mes encouragements et mon respect pour tout le travail qu’ils déploient au service des habitants. Nous avons les mains dans le cambouis et nous sommes fiers d’œuvrer pour les autres.

Clin d’œil particulier à mon ami Stéphane Troussel, Président du Département.

jeudi 3 janvier 2019

Bonne année 2019 !

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2019 !

Qu’elle vous soit agréable, tournée vers la réussite de vos projets professionnels et surtout avec une bonne santé !

2019 sera l’occasion de traduire plusieurs projets dont un, essentiel, lié à la transformation du quotidien de milliers d’habitants...

Il sera à Neuilly-sur-Marne, puisque nous entrerons « enfin » dans la dernière ligne droite de la préparation de l’élection municipale de 2020...

A l’évidence, ce sera d’une rare intensité !

J’ai hâte ...

En attendant de vous retrouver, je vous souhaite une belle année !

Abdelhak KACHOURI.

samedi 7 juillet 2018

Bac et Brevet : Bravo aux diplômés !

Par ces quelques mots, j’adresse toutes mes félicitations à celles et ceux qui ont réussi leur Bac ou leur Brevet.

Une nouvelle vie commence !

Je vous la souhaite pleine de réussites, de découvertes et de joie !

Bravo !


À toutes et à tous, je vous souhaite de très belles vacances d’été !

À très vite !

mercredi 26 juillet 2017

Au Père Hamel.

RIP.
85 ans. Il avait 85 ans.

Au service des plus fragiles, il avait à cœur d'écouter, d'accompagner, de rassurer, d'aider et d'encourager celles et ceux, nombreuses et nombreux, qui le sollicitaient dans cette petite Église de Saint-Etienne-du-Rouvray. 

Il était bon, il était jovial, il était rigolo, il était celui que les enfants appelaient "Papy Hamel", il était finalement celui qui aurait pu être notre grand père à toutes et à tous. 

Ce matin là, le 26 juillet 2016, à 9h43, deux terrorises islamistes ont mis fin aux jours du Père Hamel. 85 ans... La folie mêlée à l'endoctrinement de tarés qui veulent anéantir la liberté, l'amitié entre les peuples et, c'est évident chez ces gens là, l'amour. 

Ce matin, une pensée affectueuse s'envole vers là où se trouve le Père Hamel, de la où il est, il nous dirait ceci : "Je fais le plus de choses que je peux par amour pour me reposer d'en faire tant par nécessité". 

Les témoignages sont identiques, il était d'abord et avant tout un homme de cœur. Mon profond respect à la mémoire du Père Hamel, à sa famille et à la communauté catholique. 

Rien ne nous détournera de cette lutte acharnée, déterminée et particulièrement ferme contre le terrorisme. 

Nous sommes la France. 🇫🇷

jeudi 15 juin 2017

La violence est la force des faibles. Soutien à Mme Kosciusko-Morizet.

Nathalie Kosciusko-Morizet
Comme des milliers de gens, j'ai été choqué d'apprendre l'agression de Mme Kosciusko-Morizet, ce matin à Paris.

Si le débat peut parfois être vif et tendu, rien ne peut et ne doit justifier la violence d'où qu'elle vienne à l'endroit d'un-e citoyen-e, qui plus est en charge d'un mandat électif. 
 
La démocratie n'autorise pas ce genre d'écart. 
 
Je forme le vœu que l'auteur de cette agression soit le plus rapidement interpellé, auditionné et présenté à un magistrat afin qu'il rende compte de son geste particulièrement grave. 
 
J'ai adressé un mot de soutien à Mme Kosciusko-Morizet avec laquelle, j'ai travaillé à la Région IDF et pour laquelle j'ai de l'estime.

samedi 7 janvier 2017

Je suis Charlie. 2 ans après.

Je n'oublierai jamais cette terrible journée avec les morts atroces de la rédaction de Charlie, celle d'Ahmed MERABET, puis les jours suivants avec l'assassinat de Clarissa JEAN-Philippe et la tuerie de l'Hyper Casher. 

J'ai encore en mémoire ces nombreuses alertes, ces nombreux témoignages qui m'arrivaient en masse tellement le choc nous avait envahi. 

Le 7 janvier 2015 fut une journée d'une violence inouïe. J'étais alors Vice-président du Conseil Régional d'île-de-France en charge notamment de la sécurité. Je m'étais rendu sur place avec le Président de la République. 

Ce que j'ai vu est indescriptible, inoubliable et d'une rare barbarie. 2 ans après, nous pensons à ces nombreuses victimes, à leurs familles, à leurs enfants et à leurs proches. 2 ans après, nous restons en alerte maximale car malheureusement nous n'en avons pas fini avec le terrorisme dans notre pays. 

La traque est sévère et continue. La détermination de nos services est viscérale et intacte. Rien, nous ne lâcherons rien face à cette violence aveugle qui vise à anéantir nos valeurs, notre idéal. 

Nous devons rester debout car nous sommes la France. Celle de la tolérance, de la démocratie, de la liberté d'expression et de l'amour. 

Aujourd'hui, à cet instant, j'adresse mes pensées les plus affectives à toutes les victimes de ces terribles journées. 

Nous sommes 66 millions à vous aimer, à penser à vous  en ce jour si particulier. 

#JesuisCharlie

jeudi 22 décembre 2016

Belles fêtes !

À la veille des fêtes de fin d'année, je veux par ces quelques mots vous dire à quel point, la vie est unique.

2016 fut particulière. Elle aura été une année dans laquelle nos larmes ont trop souvent coulées à la mémoire des nombreuses victimes tombées sous le feu, la lâcheté et la barbarie terroriste en France comme ailleurs dans le monde.

Trop d'âmes envolées au nom d'une pseudo idéologie. Elle fut aussi l'occasion de se rassembler, certes, dans la douleur, mais elle nous aura permis de se rappeler que nous pouvons ensemble vivre côte à côte dans le respect de nos différences et dans ce qui composent notre socle commun : les valeurs de la République.

2016 se termine.

Je forme le vœu pour toutes et tous que 2017 soit meilleure. Qu'elle nous apporte de la joie, de l'espoir, de bonnes ondes et surtout de l'amour à n'en plus finir.

Pour moi, en 2017, je continuerai sans relâche à aimer la vie, à aimer les gens, à défendre les plus fragiles, à sourire, à aider tant que je peux, à être généreux, à être à l'écoute, à croire en chacune et en chacun, et ce, sans exclusive.

En 2017, je continuerai à croquer la vie à pleines dents.

En 2017, je resterai profondément engagé au service de notre belle République. Plus qu'un objectif, un serment indéfectible tant j'aime mon pays.

Belles fêtes de fin d'année pour vous, pour vos proches et pour celles et ceux que vous aimez.

Un clin d’œil particulier aux habitant-e-s de ma ville, Neuilly-sur-Marne, aux responsables associatifs, aux fonctionnaires municipaux et à l’ensemble des services qui assurent notre sécurité.

Surtout, n'oublions jamais que nous n'avons qu'une vie !

A très vite !

mardi 13 décembre 2016

Pensez à vous inscrire sur les listes électorales...

En 2017, nous voterons.

Chacune et chacun pourra se prononcer à l'occasion de l'élection présidentielle, puis des législatives.

Pour se faire, il faut être inscrit-e sur les listes électorales.

Rien de plus simple :

Munissez-vous d'un justificatif de domicile, dirigez-vous à la Mairie de votre domicile et inscrivez-vous avant le 31 décembre !

Votre voix compte, ne laissez pas de place au hasard,

Participez ! Votez !

dimanche 13 novembre 2016

13 novembre 2015 : L'effroi, le choc, la résilience.

13 novembre 2015. 

Le téléphone sonne. 

1 appel. Puis 2, 10, 30... et très vite ça s'emballe. Des centaines de SMS en quelques minutes. 

Des amis en pleurs. Des collègues choqués. Des cris. Du choc. Je me dirige vers le Bataclan. Ça tire. Puis vers la belle équipe. Ce que je vois est choquant. 

Des fonctionnaires de Police pleurent. J'en rassure un. Je le prends dans mes bras. 

Je prends conscience de la gravité de la situation puisque les appels continuent d'arriver de la part de services de Police spécialisés. Ce sont des attaques simultanées. 

Je tente de prendre un café, je rentre dans un bar, ce café m'est offert avec quelques larmes du serveur. Je lui dis de sécher ses larmes car on aura besoin aussi de son courage. Je contenais les miennes face à ce champs de bataille. 

Les appels ne cessent d'arriver. Décompte macabre. 

J'apprends qu'un ami est gravement blessé au Stade de France. Je l'appelle. Il va bien, son fils aussi. J'irai les voir dans la nuit à l'hôpital de Cergy. 

Coup de fil inquiet d'une amie qui était avec l'un de ses amis paniqués du côté de la porte St Martin. Je vais les chercher. Je les dépose dans le 15ème. 

Paris est vide. 

Je vais à mon bureau. Je reviens du côté du Bataclan.... Puis de la belle équipe. 

Un choc. 

Je n'oublierai jamais la froideur de cette longue nuit. Des vies emportées par la violence barbare du terrorisme. Des familles endeuillées, un pays traumatisé. 

Des questions. De la colère. De la tristesse. De la résilience. De l'espérance. 

13 novembre 2016. 

La France est debout. 

Pensées profondes à toutes ces nombreuses victimes et à leur famille. 

Nous vaincrons le terrorisme car nous sommes déterminés.

mercredi 19 octobre 2016

Soutien aux manifestants de la Police Nationale

L'image inquiétante de ce matin restera celle, ou l'on voit des fonctionnaires de la #PoliceNationale bloquer le véhicule de leur patron, le Directeur Général de la Police Nationale. 


Je comprends la colère de ces fonctionnaires, je partage leur exaspération, je suis solidaire des blessés et je suis inquiet face à la réponse qui vient d'être faite par leur Ministère de tutelle, l'Intérieur.  Quand nous sommes face à un conflit, face à des défenseurs de la République comme nos policiers, l'on se doit d'apporter de la sérénité et des réponses concrètes, pas une inspection poussée des services de l'Inspection Générale de la Police Nationale pour trouver l'identité des fonctionnaires manifestants. 


Je désapprouve cette réponse et je réaffirme mon total soutien à ces fonctionnaires qui sont à bout. Les déclarations ne valent rien face aux actes, notamment et surtout en période d'état d'urgence. 


Augmentons leur salaire, donnons-leur des moyens, des gilets par balles qui protègent, des armes qui fonctionnent, des véhicules qui roulent, du matériel informatique qui ne date pas des années lumières, des locaux dignes, des radiateurs qui fonctionnent, des salles de repos propres et elles aussi chauffées, bref, donnons-leur une vraie reconnaissance car à ce rythme, nous irons tout droit au mur. 


J'entends déjà, les défenseurs aveugles des causes perdues, m'expliquer que ce sont des syndicalistes de droite qui sont à la manœuvre ... Dommage pour eux, car nous assistons à un mouvement qui dépasse de loin les stratégies de syndicats. C'est aussi et sûrement l'avantage de bien connaître cette grande maison qu'est la Police Nationale. 


Abdelhak Kachouri, Ancien Vice-président de la Région Île de France en charge de la Sécurité.

lundi 29 août 2016

Reprise des réunions d'appartement : Ce soir sur les Bords de Marne


Le principe est simple, je viens avec mon équipe, à votre invitation, nous débattons des sujets que vous souhaitez autour d'un goûter, d'un dessert ou d'un apéro que nous vous offrirons !
Les demandes se font par courrier en mairie (1, Place François Mitterrand, 93 330 Neuilly-sur-Marne) sur Facebook, par mail, par SMS, par MMS, par téléphone, par Fax, par Fédéx, par morse, par pigeon voyageur ... !
Les demandes affluent, ne perdez pas de temps !


Nous aborderons ce soir, l'après attentats...


A la lecture des nombreux mails reçus après ces terribles attaques, il est nécessaire de prendre le temps pour échanger et nous rappeler que seul le vivre ensemble pourra l'emporter sur les divisions et les méfiances.
A très vite !                                                                                     

L’Equipe "Ambition 2020, l'Énergie pour Neuilly"

vendredi 15 juillet 2016

Nice, frappée par la barbarie terroriste

Hier, nous étions heureux de nous ressembler tout au long de la journée, dans le cadre de la fête nationale. 

Enfants souriants, attendant le passage des avions, adultes accrochés à leurs téléphones pour immortaliser le moment  sous le regard des anciens qui ont des souvenirs impérissables. 

La nuit tombée, le moment tant attendu, les feux artifices furent comme chaque année, d'une beauté inoubliable. 

Des enfants, des adultes, des anciens, insouciants, vivant simplement des instants de bonheur. 

Puis, tout s'arrête. 

Nos téléphones vibrent. Les alertent pleuvent. Le drame. 

Nos regards se tournent vers Nice. 

Au sol, des enfants, des adultes, des anciens ont tendu la main aux anges. Les cris, les sirènes, l'effroi, le choc. Nice, la belle Nice, a été frappée au cœur. 

Pourquoi ? Pourquoi cette haine ? Pourquoi eux ? 

Le terrorisme est bel et bien installé en France. 

Nous avons deux possibilités : Soit de faire des déclarations, soit de les anéantir par tous les moyens car ils ne s'arrêteront pas. 

Tout au long de la nuit, j'ai échangé avec des contacts engagés sur place. Ce qui est terrible, c'est que quelques minutes avant ce drame, je disais à des proches, que l'été sera dur en matière d'attaques terroristes et que les zones touristiques seraient leur priorité. 

Il faut arrêter de tergiverser. Il faut être d'une fermeté absolue et renforcer la traque de ces terroristes dormants. 

Notre pays doit être fort et rassemblé, d'accord. 

Il a aussi besoin de réponses fortes.

Le cœur lourd, j'adresse mes condoléances aux familles des victimes. 

jeudi 16 juin 2016

Force et honneur aux Policiers et aux Gendarmes

Ne jamais abandonner. Ne jamais lâcher la lutte contre le terrorisme. Ne jamais baisser la tête. Force et honneur aux Policiers et Gendarmes victimes de la barbarie terroriste. 

La guerre dans laquelle nous sommes a un nouveau visage : celui du Djihad solitaire. Il est difficile de l'identifier tant la discrétion de ces individus fait partie de leur stratégie. A l'évidence, nos réponses doivent s'adapter, à l'évidence, nous devons muscler nos approches. La France doit mieux identifier les profils sensibles, leurs réseaux, leurs ramifications à l'étranger et la manière dont ils évoluent idéologiquement, pour les interpeller et les présenter à la justice. Nous sommes en état d'urgence. Nous sommes en guerre. 

Les combattants d'en face, ne sont ni des bisounours, ni de de fins stratèges dotés de capacité de compréhension de notre modèle de société. 

2015, fut une année d'une violence inouïe. 

Nous avons pris des engagements. Nous devons tenir ces promesses faites aux familles des victimes. Nous devons mieux coordonner notre action. Nous devons mieux communiquer. En somme, nous devons remettre à niveau l'approche de notre pays, face à cette menace quotidienne qui traumatise l'opinion publique. 

Je suis en colère car encore une fois, l'auteur de cet acte était identité par la justice. En colère aussi, car, l'état d'urgence aurait dû permettre l'interpellation préventive de ce terroriste dormant. En colère enfin, car, on nous a dit après Charlie, il faut rester calme, il faut connaître les raisons. On nous a dit après le meurtre de Clarissa, il faut rester calme. On nous a dit après l'Hyper Casher, il faut rester calme. On nous a dit après le stade de France, le Bataclan et la Belle Équipe, il faut rester calme. Voilà. 

Allez expliquer au bout de chou de 3 ans, orphelin, qui a vu sa mère mourir et son père baignant dans son sang, qu'il faut rester calme. Allez expliquer que le Juge Marc Trévidic avait mis en examen ce terroriste et que depuis 1 an, il tire la sonnette d'alarme. Allez-y. 

Profondément, la France doit changer sa manière d'agir pour combattre le terrorisme. Nous devons user de tous les moyens pour éradiquer le terrorisme et ses auteurs. 

En écrivant cela, je mesure bien la gravité de ces mots. Comme toujours, je les assume car l'amour que je porte à mon pays et à son peuple est d'une grande intensité. J'entends déjà ici et là, les défenseurs des droits l'homme nous donner des leçons. Qu'ils se les gardent pour leur dîner en ville. 

Nous sommes en guerre. 

Quoi qu'il advienne, je pense profondément à tous les fonctionnaires de Police et aux Gendarmes qui se battent pour notre liberté et je leur dis toute ma fierté et mon soutien le plus profond.

mardi 31 mai 2016

Elections législatives : Comment se déroulent-elles ?

Vous êtes nombreuses et nombreux à me demander comment se dérouleront les prochaines élections législatives prévues en juin 2017.

Vous trouverez donc, une explication concrète dont la source provient du Ministère de l'Intérieur.

S'agissant de la 3ème circonscription dans laquelle ma ville se trouve (Neuilly-sur-Marne), vous pourrez prochainement connaître dans le détail ma position quant à une éventuelle candidature.

Bonne lecture !

"Les élections législatives ont lieu tous les cinq ans, sauf dissolution de l'Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Sous réserve des aménagements liés au décalage horaire et à l'éloignement, elles se déroulent simultanément dans les 577 circonscriptions de France métropolitaine, d'Outre-mer et de l'étranger.


Le mode de scrutin est le suffrage universel direct uninominal majoritaire à deux tours. Pour y prendre part, il faut d'une part être électeur, c'est-à-dire être âgé de 18 ans au moins, être de nationalité française et jouir de ses droits civiques, et d'autre part être inscrit sur les listes électorales.


Pour être candidat, il faut remplir les conditions pour être électeur et ne pas se trouver dans une situation d'inéligibilité définie par le code électoral. Chaque candidat doit désigner un suppléant susceptible de le remplacer s'il ne peut plus exercer son mandat".


A suivre...

mercredi 13 avril 2016

Lutte contre le cannabis : Un enjeu



Toujours aussi surprenant d'entendre un membre du gouvernement avancer l'idée de dépénaliser le cannabis.
Un débat qu'il tente de lancer à 1 an avant les présidentielles en reconnaissant "un échec" dans la lutte quotidienne...
Je suis surpris par cet aveu d'impuissance. Je ne sais pas si ce Monsieur sort un peu de son ministère, mais ce qui est sur, c'est qu'il y a de très bons résultats dans la lutte contre le trafic de drogues.

Les services de police et en particulier ceux ...affectés à la lutte contre les stupéfiants démantèlent de très nombreux réseaux après de profondes enquêtes.

Ca, c'est du concret. Là encore, tenter pour des raisons électoralistes, de créer le débat ou pire, une forme d'adhésion à telle ou telle idée, est suicidaire car personne n'est dupe. Enfin, c'est toujours mieux en se le disant, je suis profondément opposé à la dépénalisation et à la légalisation du cannabis.

mercredi 23 mars 2016

Bruxelles, le jour d'après.


Le début d’année 2015 fut sanglant. Il y a eu Charlie, puis la mort de Clarissa, puis la tuerie de l’Hyper Casher. En novembre de la même année, il y a eu le Stade de France, puis le Bataclan, puis les nombreuses terrasses et restaurants à Paris victimes de la barbarie terroriste.
A chaque fois, j’ai été mobilisé, parfois même sous plusieurs casquettes pour faire face. Faire face à la peur, faire face au désarroi des victimes, des familles et des proches.  Certains de mes amis ont été blessés dans ces attentats de novembre 2015. J’ai entendu des enfants verser toutes les larmes de leur corps car « papa est parti ou maman est avec les anges ». J’ai entendu et j’ai vu tout ça.
Hier, j’étais avec un ami, Marc, à la Belle équipe, ce restaurant dans lequel beaucoup ont perdu la vie. M’asseoir dans ce lieu dans lequel j’ai vu de nombreux corps au sol fut difficile. Ce sont des souvenirs qui hantent mon quotidien, ils font mal. J’ai aussi beaucoup lu lors de ces périodes sombres pour l’humanité. J’ai lu des témoignages de soutien d’une très grande intensité.
D’anonymes ou de responsables politiques, tous furent touchants et rassurants pour notre vie en commun. Le monde nous soutenait. Il n’y avait ni polémique, ni critique sur telle ou telle faille en matière de sécurité. La décence imposait à chacune et à chacun une nécessaire retenue au moins au nom du respect des victimes et de leur mémoire. En France, au lendemain des attentats de Bruxelles, la solidarité est là, la compassion est palpable. Les citoyennes et les citoyens disent et écrivent leur amour à nos frères et sœurs de Belgique. C’est la France que j’aime. 

Mais il y a aussi des polémiques. Celles que Michel Sapin et Bruno Le Roux ont cru bon de lancer hier.  
Le premier a expliqué que nos amis Belges étaient naïfs en laissant les communautés se développer sur leur territoire. Le second, prétexte que la Droite au Sénat serait responsable du fiasco liée à la déchéance de nationalité. Rien que ça.

Je crois qu’il faut arrêter avec ce genre de posture qui ne sert pas l’intérêt collectif. Qu’aurions-nous dit si nos amis Belges avaient émis une quelconque critique dans notre manière de traiter les questions liées au terrorisme en 2015 ? Sommes-nous suffisamment crédibles pour nous permettre de donner des leçons à nos voisins avec autant d’indécence alors même que les familles pleurent leur mort ? Je ne le crois pas.

Quant aux propos du Président du groupe PS à l’assemblée nationale, la meilleure manière d’éviter de dire des bêtises c’est de se taire. Ce n’est pas la Droite qui a lancé le débat sur la déchéance de nationalité, ce n’est pas la Droite qui est aux commandes du pays, ce n’est pas la Droite qui est responsable de ces écarts de langages qui ne grandissent pas les socialistes et qui mettent en difficulté les militantes et les militants qui doivent assurer le service après-vente sur le terrain après de tels propos. C’est déjà difficile ! 

La Droite sera responsable quand elle dirigera le pays et qu’elle fera des erreurs. Pour l’instant, ce n’est pas le cas.

Lorsque l’on a des responsabilités politiques et que l’on est « homme ou femme » public, l’on se doit de contrôler ses propos.

Après de telles épreuves, une seule volonté doit nous guider, celle du rassemblement, de l’unité, du respect et de l’estime de chacune et chacun.

“Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.” Martin Luther KING.