jeudi 27 août 2015

Rock en Seine : La Région Île-de-France mobilisée

Parce qu'un événement musical de rayonnement européen et international manquait cruellement  au sein de la première Région d'Europe, la Région Île-de-France vous propose de participer, pour sa 13ème édition, au rendez-vous musical suprême de l'été : le festival Rock en Seine, les 28, 29 et 30 août prochains.

Au Domaine national de Saint-Cloud
Accès, programme complet et accréditations sur www.rockenseine.com

Le festival présente encore cette année une programmation riche et rock : The Chemical Brothers, The Libertines mais aussi Etienne Daho ou encore Fauve et Balthazar. Il y en a pour tous les goûts.
La Région accompagne le festival depuis sa création et a voté un soutien de 655 000 euros en janvier dernier.
15 € de retombées économiques pour 1 € de subvention régionale

· Près de 25 % des dépenses du festival sont fléchées sur des entreprises de spectacle régionales, soit 2 millions d'euros.

· 246 personnes ont été embauchées directement par l'association. En comptant les prestataires, ce sont plus de 10 00 personnes qui sont concernées.

· 34 000 touristes sont venus en Ile-de-France spécialement pour Rock en Seine (28 000 d'autres régions françaises, 6 000 de l'étranger).
Sur la scène Ile-de-France :
Comme chaque année, les Avants-Seine de la Région seront l'occasion de découvrir les nouveaux talents de la scène francilienne : 9 groupes de découverte (franciliens et groupes d'autres régions). Les équipes du Réseau des musiques actuelles en Île-de-France (le Rif) qui regroupent plus de 200 structures feront découvrir la vitalité des scènes musicales franciliennes.
Des débats seront organisés chaque jour avec des professionnels de la musique (labels, salles, artistes, journalistes) :

· Vendredi 28 à 16h15 : « Artistes en 2015 c'est ... »

· Samedi 29 à 16h15 : « Panorama des festivals petites idées et grandes messes »

· Dimanche 30 à 15h15 : « Relations producteur de spectacles et producteur phonographique, quelle relation à l'aune des nouveaux modes de consommation de musique ? »
Fan de Rock, Jean-Paul Huchon, Président de la Région sera présent dès le vendredi à 15h30 et tout au long du festival. Pour une rencontre sur place, contactez le service de presse de la Région Ile-de-France.

jeudi 20 août 2015

Dézonage estival du Passe Navigo en Ile-de-France : succès confirmé !

Communiqué de presse de la Région IDF. 

Pour la troisième année consécutive, du 11 juillet au 16 août dernier, les détenteurs de forfaits Navigo annuel et mensuel ont pu circuler sur l'ensemble du réseau de transport francilien, y compris au-delà des zones de validité de leur forfait. 

Cette mesure a profité à 671 300 personnes qui ont dézoné leur Passe au moins une fois pendant ces 5 semaines. Après les succès répétés de ce dézonage estival, il sera mis en place de manière permanente à partir du 1er septembre 2015. Les usagers auront alors accès à l'ensemble du réseau francilien pour le prix du Passe Navigo des zones 1 et 2.

Pour Jean-Paul Huchon, Président de la Région Île-de-France et Président du Conseil du STIF : « Près de 700 000 Franciliens ont pu se déplacer cet été à moindre frais : 2,3 millions de journées de Passe Navigo ont été dézonées. 

Pour les acteurs des transports, ce fut une nouvelle répétition générale avant la mise en place définitive et permanente de cette action le 1er septembre prochain. Pour les Franciliens, cela correspond à un besoin de plus de mobilité. Cette mesure soulage le portefeuille de celles et ceux qui ne peuvent partir en vacances, tout en réduisant le nombre de voitures sur les routes. 

C'est bénéfique pour la santé et la sécurité des Franciliens. »

Tracer la route, soulever l'espérance.


Par Abdelhak Kachouri.

Vice-président de la Région Île-de-France en charge de la Politique de la Ville, de la Citoyenneté et de la Sécurité
Conseiller municipal de Neuilly-sur-Marne.

Chacune et chacun le sait, nous autres, élu-e-s à la Région IDF en particulier, la Droite et la Gauche ce n'est pas la même chose dans le pilotage de l'institution régionale.

Depuis 2010, les multiples exemples qui suivent illustrent cette vision archaïque et dépourvue de sens politique.

Lorsque la Gauche œuvre pour renforcer l'offre de logements sociaux en Île-de-France, la Droite, elle, dans certaines villes qu'elle dirige, provisionne dans ses budgets locaux l'amende qui lui permettra d'éviter la construction de ces logements pourtant utiles au regard du nombre de demandeurs.

Lorsque la Gauche mobilise des centaines de millions d'euros pour accompagner le milieu associatif, la Droite, elle, propose de supprimer ces aides car non prioritaires à ses yeux. Imaginons l'impact désastreux de cette mesure si elle était appliquée.

Lorsque la Gauche déploie toute son énergie pour contribuer au pouvoir d'achat, le Pass Navigo unique à 70 euros est un exemple concret, la Droite, elle, théorise, pinaille et tente de manipuler l'opinion Francilienne à coups de mensonges, en changeant d'avis en fonction du vent, en masquant son opposition à cette mesure historique dans notre Région et dans notre pays. La girouette semble est une boussole pour la Droite Francilienne.

Lorsque la Gauche agit pour aider les territoires fragiles, la Droite, elle, estime que c'est une politique qui entretient les ghettos, drôle de conception de la solidarité républicaine.

La Droite ce n'est pas la même chose que la Gauche, ces exemples montrent à quel point, nous devons mesurer la gravité d'un tel scénario si celui-ci devait se produire en décembre prochain avec l'arrivée de la Droite à la tête de la Région.

Avec Claude Bartolone et les militant-e-s du Parti Socialiste, nous avons posé la première pierre du large rassemblement, nous avons lancé des centaines d'initiatives sur le terrain, au contact des Franciliennes et des Franciliens, nous voulons construire un projet avec toute la Gauche car l'enjeu est vital pour des millions d'habitants de notre Région..

Nous renforcerons encore nos politiques pour les plus fragiles, pour celles et ceux de l'urbain et du rural qui s'estiment écartés, pour ces milliers de jeunes qui tournent en rond avec l'inquiétude du lendemain, en somme, il nous faudra redonner de l'espérance et c'est tout l'enjeu du scrutin qui s'annonce.

En avant #AvecBarto !

vendredi 7 août 2015

Trafic de drogue : Voie sans issue. Ce soir à La Castellane à Marseille.


Par Abdelhak Kachouri

Vice-président de la Région île-de-France en charge de la Sécurité - Commandant de Gendarmerie de Réserve

Le trafic de drogue a pris une place très grande dans nos quartiers. Il génère des millions d'euros, il permet l'achat d'armes de guerre, il permet le blanchiment d'argent en France et à l’Étranger, il permet l'achat de biens immobiliers, de grosses cylindrées, il permet les bonnes vacances, les bonnes adresses, il fait rêver les plus jeunes, il donne de l'imagination, il fait croire que l'on est invincible, intouchable et au dessus de tout.

Mais à la fin, c'est toujours pareil.

Froidement, on ne s'y attendait pas, pas le temps de se défendre, pas le temps de fuir, une détonation, des cris, de la panique, les gens s'enfuient, une douleur, on a chaud, on a froid, on s'écroule, plus de bruit, on respire vite, on s'en va, voyant sa vie défiler, se remémorant des souvenirs, c'est fini. Tout s'éteint.

Un de plus.

Une vie brisée, une nouvelle famille anéantie. Des frères et sœurs perdus. Des parents réduits à l'état de "zombies" avec cette question "pourquoi"qui les hantera toute leur vie.

L'appât du gain est plus fort que tout.

Dans ce milieu, la seule règle, c'est d'être le patron. D'un hall d'immeuble, d'un escalier, d'une rue, d'un quartier, d'une ville. Plus le territoire est grand, plus on pèse et plus on est exposé. La seule règle dans ce milieu, c'est de faire plus de fric, c'est de faire parler ses armes, c'est de s'imposer. Dicter "sa" loi contre toutes celles de la République est dans ce milieu une méthode de gestion.

Pourtant, l'issue est connue d'avance.

En prison, pour les plus chanceux, vidé de son sang à côté d'une bouche d'égout pour les autres.

Triste réalité pour une jeunesse déboussolée.

La lutte contre le trafic de drogue est un combat de tous les jours, incessant et déterminé. Il doit impliquer l'ensemble des services spécialisés des pays dans lesquels le blanchiment a lieu. Il ne s'agit pas de quelques milliers d'euros, mais de centaines de millions d'euros réinvestis illégalement, notamment dans l’immobilier.

En amont, nous devons continuer le travail de prévention et de décèlement des profils les plus fragiles pouvant basculer dans la participation au trafic de drogue.

Ce soir, j'irai rencontrer des familles de la Castellane à Marseille pour aborder avec elles l'évolution du plan de lutte contre le trafic de stupéfiants lancé par le gouvernement de Manuel Valls.