mercredi 28 octobre 2015

"C'est mieux en se le disant"...

Chers amis, 

la lecture des nombreux messages reçus ces derniers temps, il m'a semblé nécessaire de réaffirmer quelques principes élémentaires de bienséance et aussi d'éducation. 

Je suis loyal à mon organisation politique, le PS. Je ne suis pas de ceux qui passent leur temps à lui porter les coups les plus violents car j'y crois. Je suis respectueux des hommes et des femmes qui se battent pour faire grandir la République. Je suis respectueux des militantes et des militants qui prennent sur leur temps pour défendre nos idées. Je ne suis pas aigri. 

Je ne serai jamais celui qui tirera sur la Région IDF car j'ai contribué en tant que Vice-président de celle-ci à la rendre encore plus forte et plus visible sur le terrain. Je connais presque tous le candidats et toutes les candidates de la liste que conduit Claude Bartolone. 

Je connais les qualités des têtes de listes. Je connais leur travail. Je partage le projet. Je partage les propositions. Je partage l'ambition. Vous l'aurez compris, oui je suis un militant engagé pour faire triompher nos idées et pour poursuivre l'excellent travail que la Gauche développe depuis tant d'années. Oui, j'y crois.

Oui, je refuse de sombrer dans cette facilité qui consisterait à dire "je ne suis plus sur la liste, donc je ne fais rien". Cela ne correspond à aucune de mes valeurs, ni même à mon éducation. 

Une fois pour toutes : je ne suis et je n'ai jamais été en "guerre" contre les autres car je suis en paix avec moi même. C'est une hygiène de vie à laquelle je tiens. 

Une fois pour toutes : non, je n'ai pas été nommé préfet, non je ne vais pas intégrer le gouvernement, non je n'ai rien négocié, non je ne déposerai pas ma candidature pour tel ou tel job et non je ne suis pas dans la rancune. 

Je suis mobilisé comme des milliers de militantes et militants pour faire gagner notre projet porté par Claude Bartolone. 

Que ces quelques mots permettent aux fossoyeurs de l'espoir de puiser dans l'optimisme qui m'anime depuis de très nombreuses années ! 

A  bon entendeur, à très vite sur le terrain et surtout ... #AvecBarto !

dimanche 25 octobre 2015

Fusillade à Marseille : Maintenir la lutte contre le crime organisé

3 morts à Marseille dont 2 mineurs. Voilà encore des larmes qui viendront couler dans les allées des quartiers populaires aux mains d'organisations criminelles. 

Le trafic de stupéfiants génère des millions d'euros partout en France.

De jeunes adolescents tombent sous les balles pour 60, 70, 80, 90,100 euros pour "guetter", pour faire le "chouf" et ainsi préserver leur point de deal. 

3 jeunes de plus. 3 destins brisés. 3 familles anéanties. 

Un quartier entier traumatisé. Un pays bouleversé par ce phénomène d'une rare violence et qui semble persister.

La lutte menée par les services de l'État contre le trafic de stupéfiants ne doit pas faiblir. Elle doit avoir pour objectif d'éradiquer ce fléau en identifiant les fournisseurs en France comme à l'étranger. Les dealeurs doivent être traqués sans relâche avec la volonté de geler les avoirs criminels et de les poursuivre devant les tribunaux.

Une nouvelle fois, je réaffirme avec force et détermination, mon combat contre le trafic de stupéfiant et la légalisation ou la dépénalisation du cannabis.

Je serai à Marseille dans les prochaines semaines, pour participer à une réunion de travail sur le trafic de stupéfiants et ses conséquences.

jeudi 8 octobre 2015

La Région attribue 1,78 million d'euros de subvention pour l'accueil des réfugiés

Lors de la commission permanente du 8 octobre, les élus ont voté, comme ils s'y étaient engagés en séance plénière, la mise en œuvre du plan d'urgence régional pour l'accueil des réfugiés.
 
Les acteurs de terrain ont été nombreux à répondre à l'appel à projet régional lancé suite à la séance plénière du Conseil régional du 24 septembre : nombre de communes, départements, associations, universités ou encore centres sociaux se sont mobilisés et ont sollicité l'aide régionale.
 
C'est ainsi 71 projets de fonctionnement qui bénéficieront d'une aide régionale pour un montant total de 700 250 €. Il s'agit par exemple de financer de l'hébergement d'urgence, de l'aide à l'accès aux droits, de l'aide alimentaire ou encore l'apprentissage de la langue française.
 
32 projets d'investissement sont subventionnés pour un montant total de 1 080 690,20 €. Cette somme permettra par exemple d'effectuer de la rénovation de logements pour un accueil durable, d'acquérir des ambulances ou autre véhicules d'aide mobile, d'équiper des locaux d'hébergement ou encore d'installer des sanitaires dans des camps de réfugiés à l'étranger.
 
 
Pour Jean-Paul Huchon : « J'ai souhaité que la Région assume ses responsabilités et puisse contribuer, dans le cadre de ses compétences, à l'accueil, sur son territoire, de réfugiés qui fuient la guerre, la répression, misère et les persécutions. C'est notre devoir que de répondre aux enjeux posés par cette crise migratoire. C'est aussi le devoir de l'Ile-de-France que de faire vivre les valeurs solidarité et de proposer des mesures qui permettent de répondre à l'urgence de la situation ».