samedi 5 mai 2018

Nouvelle journée de mobilisation : L’expression citoyenne, la fermeté et l’autorité

Je condamne avec force la violence à l'égard de nos forces de sécurité. 
D’un côté, une expression syndicale, politique et citoyenne légitime en démocratie. 
 
De l’autre, des individus cagoulés dont le seul objectif est de casser, de piller et de se battre contre les forces de sécurité. L’un d’eux visage masqué a témoigné ceci : « On en a marre de ce système capitaliste qui détruit tout, de la répression policière brutale contre ceux qui s'y opposent. On veut un changement radical, qu'on écoute la société, on veut de l'écologie, de l'altermondialisme", a dit l'un d'entre eux, se décrivant comme un étudiant de 19 ans, sous couvert d'anonymat » pour ne pas dire sous couvert de cagoule. Rien que ça... 
 
L’on peut exiger tout cela en démocratie... Oui mais ... Si tous les mécontents devaient s’exprimer par la violence et bien nous serions en guerre civile permanente. 
 
Si tous les mécontents devaient contester de cette manière les méthodes peu démocratiques de quelques responsables politiques, nationaux ou locaux, nous serions là aussi en conflit quotidien. Dans ma ville à Neuilly-sur-Marne, par exemple, le Maire et sa jolie bande de comiques, fatiguée, fatiguante et au bout du rouleau, sont de grands spécialistes du mépris. 2020 approche, le changement se prépare. Ce n’est pas un *parachuté d’Epinay-sur-Seine, éternel second couteau, spécialiste de la langue de bois et manipulateur en chef, qui perd tout ce qu’il touche sur le plan électoral qui l’incarnera. 

Oui à la démocratie, oui aux manifs, non à la violence. 
 
C’est donc la tolérance zéro qui devra primer dans les procédures qui sont engagées contre ces casseurs. 
 
Certes, il y a l’expression légitime du peuple français qui doit être entendue, mais en
République, il y a un socle de règles à respecter que chacune et chacun doit avoir en tête.
 
Soutien absolu aux policiers et aux gendarmes mobilisés pour cette nouvelle journée d’action. 
 
Face à ces énergumènes, la seule approche efficace c’est la fermeté et l’autorité. 

* Un communication détaillée spécifique sera distribuée dans toutes les boîtes à lettres prochainement pour que chacune et chacun comprenne l’imposture de Monsieur Trigance.  

mardi 1 mai 2018

Yannick TRIGANCE : Déjà candidat ?


Un premier mai militant ? Une première approche avec les réalités Nocéennes ou tout simplement une sorte de test pour appréhender les réactions des électrices et des électeurs avant d’être candidat à la succession du Maire  ?

Quoi qu’il en soit, croiser Yannick TRIGANCE, actuel directeur de cabinet de Jacques Mahéas aux fauvettes avec quelques élus locaux qui ne représentent qu’eux mêmes et qui sont surtout attachés à leurs petites indemnités mensuelles et leur petit confort sans rien produire en terme de travail d’élu, c’est comme croiser le père noël en plein mois de julllet !

Pas sûr que cela plaise à l’actuel Maire qui pourrait «légitimement » considérer qu’il est poussé vers la sortie.

Voilà donc la parachuté en action ! Le donneur de leçons en chef, anti-MACRON primaire et manipulateur à souhait !

2 élus qui l’accompagnaient (Messieurs Bensaid & Méheust), zéro militants et une envie profonde de réussir une élection après tant d’années d’échecs électoraux ! Quand on regarde les scores à Epinay sur Seine, l’on a de quoi s’inquiéter...

C'est cela le renouveau ! Du pipeau, de l’opportunisme et une sacrée capacité à se glisser dans les meilleurs plans sans trop d’efforts... Cela va forcément rendre nerveux quelques actuels élus de la majorité municipale...

Vivement 2020 !

À très vite !