vendredi 7 juillet 2017

Un Maire en grande difficulté et un groupe majoritaire au Conseil municipal au bord de l'implosion.

Le naufrage du Titanic, à l'image de celui du Maire 
qui emporte avec lui sa majorité... 
Le dernier édito du Maire nous rappelle encore et toujours qu'il n'est plus en capacité de mobiliser qui que ce soit dans le cadre d'une élection et pour combler cela, il opte pour la facilité en dénigrant l'adversaire d'hier devenu aujourd'hui, Député de la Nation.

De quoi parle-t-il dans cet édito ? 

Le titre culotté de la missive est "Renouveau" ! 

Ce n'est pas une blague !
 
C'est sur que venant d'un Maire qui vit aux crochets de la politique depuis Mars 1977, soit 7 mandats, et qui fêtera ses 78 ans lundi, c'est osé et ridicule ! 

Son contenu est assez basique, mal écrit  et particulièrement affligeant pour celui qui vit ses dernières semaines à la tête de l'hôtel de ville. 

Il nous explique donc, que "sa" candidate, parachutée parisienne, après avoir dit que "jamais il ne soutiendrait une parachutée", avant de se raviser en découvrant la tête du candidat présenté par "En Marche", est arrivé dans un contexte difficile, que l'abstention fut forte, que le PS n'a pas fait la campagne, que ma grand mère fait du judo, que la choucroute peut être garnie et que la pluie ça mouille ! Des bêtises, à la sauce Mahéas ! 

Bref, la spécialité connue chez ce triste personnage, est de rendre responsable les autres alors qu'il est au cœur de cet énième fiasco politique qui s'est soldé par la belle victoire du candidat que j'ai soutenu Patrice ANATO, et par l'humiliation politique, de Mme Cosse. 

Par la même occasion, c'est la confirmation de la perte claire, nette et précise du capital "sympathie" que les électrices et les électeurs pouvaient avoir à l'égard de Monsieur Mahéas. 

En rires ? Non, même pas, car Monsieur Mahéas, me fait de la peine. 

À presque 78 ans, il est condamné à éviter les coups tordus de plus en plus violents d'une partie de son équipe qui a pris ses distances avec lui et qui s'en démarquera officiellement d'après les informations recueillies, dans les prochaines semaines. 

Je comprends ces élu-e-s qui n'en peuvent plus de devoir supporter les dérives verbales du Maire, mais aussi celles de son dynamique acolyte l'ex-suppléant de 75 ans, Monsieur Maljean et de fidèles attachés à leur indemnité qui suivront le Maire jusqu'au bord précipice, et cela, par peur de perdre leurs quelques cacahuètes (indemnité) pour certains et leur complémentaire retraite pour d'autres. 

Il est certain que lorsque les citoyennes et les citoyens lieront la tribune du groupe majoritaire dans le dernier magazine municipal, beaucoup ressentiront, un malaise, une incompréhension et condamneront ces mots. 

Je suis moi même surpris par le silence assourdissant d'élu-e-s du groupe majoritaire qui ne se désolidarisent pas de cette vision nauséabonde de la politique. 

Les cacahuètes sûrement... 

En attendant, il faut apporter notre soutien à notre nouveau Député, Patrice ANATO. 

Il a le droit au respect et à la considération, d'abord comme toutes les citoyennes et les citoyens, mais aussi, parce qu'il est depuis le 18 juin dernier, le Député de notre territoire qui sait et saura le défendre avec force. 

Il a mon soutien, celui de mes très nombreux ami-e-s, celui de mes proches et celui d'une grande importance, du Président de la République et du Premier Ministre. 

À ce propos, une copie de l'édito du Maire ainsi que de la tribune du groupe majoritaire a été mise à la disposition des équipes des dirigeants d'En Marche mais aussi à l'attention de celles du Président, du Premier Ministre, de Mr Ferrand et de Mr Colomb.

Tous m'indiquent, que Monsieur Mahéas n'a aucune crédibilité à leurs yeux et qu'il est temps qu'il s'en aille. 

Lui qui prétend communiquer régulièrement avec les nouveaux dirigeants politiques, n'est en réalité qu'un Maire fatigué, usé, aigri, seul et un menteur reconnu comme tel ! 

Nous vivons un triste remake du film "Titanic" où Jack (Mahéas) reste désespérément accroché au pouvoir... 
 
Il est temps de partir. 

Le plus vite sera le mieux. 

Et ce sera un bon débarras !