jeudi 16 mars 2017

Non à la dépénalisation et à la légalisation du cannabis

Je suis et je resterai totalement opposé à la légalisation et à la dépénalisation du cannabis. 

Je ne me bats pas depuis plus de 20 ans contre cette drogue pour accepter de me faire le défenseur d'une telle mesure qui aliène les consommateurs et les consommatrices et qui est au cœur des règlements de compte sanglants dans les territoires les plus fragilisés. 

Je connais par cœur ce phénomène et aucune politique de prévention contrairement à ce qui est défendu ne viendra "tuer" les trafics. 

Ceux-ci ont pris une telle ampleur qu'ils permettent aujourd'hui à des milliers de délinquants de rouler sur l'or. Multiplier les moyens des services de Police spécialisés doit être un engagement fort. 

Les brigades des Stupéfiants doivent être renforcées. L'OCTRIS, Interpol, Europol, la DEA, les services des stups des États amis doivent mieux coordonner leurs informations pour mieux identifier et interpeller les sources qui alimentent le marché français. 

Nous devons renforcer la lutte dans les quartiers, multiplier les saisies-ventes de biens illégalement acquis, œuvrer avec d'autres États, multiplier les procédures d'entraides judiciaires et poursuivre le seul fil conducteur utile et efficace : la tolérance zéro. 

J'entends déjà les pseudos spécialistes du sujet et autres consommateurs amateurs, m'expliquer que ce post est très droitier : Réponse 1 : Mon expérience parle pour moi. Réponse 2 : J'ai enterré suffisamment d'amis pour préserver cette détermination. Réponse 3 : Je les emmerde. 

Je le dis donc ici, sans aucune ambiguïté, je ne soutiendrai jamais celles et ceux qui sont pour la légalisation et/ou la dépénalisation du cannabis. 

Ce n'est pas une découverte pour celles et ceux qui me connaissent. Vive la République.