vendredi 6 décembre 2013

Par Emeric Bréhier et Yannick Trigance, secrétaires nationaux à l’Education

Le Parti socialiste salue la saisine du Conseil supérieur des programmes (CSP), par le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon, en vue d'une refonte des programmes du primaire et du collège.

Le CSP, qui devra remettre ses propositions au ministre en février 2014 pour le cycle de la maternelle et en avril 2014 pour les trois autres cycles, sera notamment invité à plancher sur des sujets comme l'individualisation des pratiques, le renouveau du collège unique sans bouleversement de la distribution des horaires, des "heures professeurs" permettant d'avantage d'autonomie au bénéfice des élèves de collège ou encore un travail sur les apprentissages fondamentaux en primaire.

A l'heure où les conclusions de la dernière enquête PISA viennent mettre en lumière la situation préoccupante de notre système éducatif, le sérieux avec lequel le gouvernement agit pour refonder l'Ecole de la République est un message fort et serein adressé à nos concitoyens.

Ce sérieux tranche avec l'inconsistance coupable de l'UMP qui, au lieu de s'inscrire dans le mouvement de refondation, préfère instrumentaliser les élèves dans l'espoir d'en tirer un quelconque bénéfice politique, à l'exemple de la proposition de loi défendue hier par Xavier Bertrand pour démanteler la réforme des rythmes scolaires.

Le sérieux contre l'inconsistance, l'intérêt collectif contre les manoeuvres politiciennes, la mise en place d'une politique ambitieuse face à un mépris de l'Education nationale, voilà une preuve de ce qui opposera toujours la gauche et la droite dès qu'il s'agit de la jeunesse : la seconde en a peur et la rejette quand la première s'appuie sur elle pour construire la France de demain.